Vorheriger Eintrag Nächster Eintrag

A bout de souffle

Objekt

Titel

A bout de souffle

Abstract

Nous, protagonistes des nuits genevoises, nous mobilisons pour lancer un cri d’alerte et dénoncer le manque de transparence et de concertation de la part des autori- tés cantonales dans leurs prises de décisions concernant la scène noc- turne genevoise. En effet, nous, lieux culturels et festifs nocturnes, n’avons jamais été inclus.e.x.s dans les réflexions du Conseil d’État et sommes laissé.e.x.s systématique- ment sans perspective suite aux restrictions successives qui nous sont imposées. Depuis le 31 juillet, nos établissements sont à nouveau fermés et nous n’avons toujours pas l’assurance d’obtenir, un jour, des aides financières concrètes.

Ce contexte inédit met en effet en péril la survie des différent.e.s act.rice.eur.x.s culturel.le.s noc- turnes. Rappelons-le, derrière les murs, en coulisse, dans les bureaux et les cuisines, ce sont avant tout ces corps de métiers qui trinquent : qu’ils soient barm.aid.an.s, agent.e.s d’accueil, nettoyeur.se.s, cuisi- nier.e.s, technicien.ne.s, artistes, programmat.eur.rice.s,comptables, graphistes, imprimeurs ou bras- seurs, pour ne citer qu’elles.eux. Tou.te.x.s les travailleu.se.r.x.s sur appel, soit une large part de nos collaborat.rice.eur.x.s, n’au- ront plus le droit aux RHT dès ce mardi 1er septembre 2020. Sans compter que les personnes licenciées durant la crise devront prouver une recherche active d’emploi dans un secteur prêt à publier son avis de décès.

Depuis le mois de mars 2020, nous nous sentons abandonné.e.x.s par les autorités cantonales :
malgré
...notre volonté de collaborer et de nous adapter aux différentes mesures afin de protéger nos publics et nos collaborat.rice.eur.s.
...nos nombreux communiqués de presse et appels à l’aide.
Nous restons sans réponse à nos demandes de consultation, tout en regardant nos publics fêter dans l’insécurité en dehors de nos lieux sans oublier que nous demeurons le seul secteur assigné à fermeture.
Nous demandons expressément aujourd’hui aux autorités canto- nales de considérer l’urgence de notre situation en nous impliquant dans leurs prises de décisions et en nous recevant pour établir ensemble une perspective pérenne qui puisse sortir de la crise notre secteur à l’agonie. Sans actions adaptées de la part des autorités cantonales nous n’aurons – pour la plupart d’entre nous – pas d’autre choix que de fermer définitivement nos portes.

Date

September 2, 2020

Subject

government
culture

Sprache

fr
Vorheriger Eintrag Nächster Eintrag