Vorheriger Eintrag Nächster Eintrag

Des sacs et des masques

Objekt

Titel

Des sacs et des masques

Abstract

Les voitures défilent dans le parking et s’arrêtent devant l’entrée de la patinoire. Les coffrent s’ouvrent et se vident. Les sacs sont emportés rapidement à l’intérieur du hall d’entrée et laissés dans un coin où ils s’amassent et forment presque un monticule. Des gens masqués s’affairent à ce que le monticule ne prenne pas forme. Ils vident les sacs de leur contenu et le trient selon les types d’aliments, farine, sucre, céréales, chocolat, thé, café, pâtes, riz, conserves, biscuits. Ce contenu est la raison pourquoi une armée de bénévoles vêtus de vestes oranges et de masques bleus travaillent sans relâche. Toujours dans le hall d’entrée de la patinoire, on me donne un masque bleu et un veste orange et on m’emmène au début d’une ligne de tables qui semble ne jamais finir. On me tend un sac orange lui aussi : « Dans le sac, tu mettras un paquet de riz, une bouteille d’huile, deux paquets de pâtes, un paquet de thé, un paquet de farine, un paquet de sucre, deux boîtes de conserve, une boîte de cacao en poudre, un paquet de biscuit, deux plaques de chocolat... ». Les produits sont entassés sur les tables par catégorie. On traine nos sacs sur des bancs placés à côté des tables pour éviter de se ruiner le dos et on met les produits un par un, deux par deux dans les sacs. Arrivés à la fin de la ligne, on fait un nœud avec les poignées des sacs afin de les fermer. D’autres personnes masquées arrivent avec des chariots à étages et emmènent les sacs pour les entreposer sur les gradins de la patinoire. Là-bas, ils forment une vague orange qui attend de déferler. Demain, d’autres personnes viendront occuper la zone centrale de la patinoire. Eux viendront récupérer les sacs, car ils en ont besoin pour se nourrir, pour nourrir leur famille. « 1700 sacs !!! » crie quelqu’un en gilet jaune et en masque bleu. Une fanfare de tambours masquée elle aussi arrive pour encourager les bénévoles. Tout le monde continue dans une cacophonie orchestrée, des pompiers, des mères de famille, des médecins, des adolescentes. Le ton est léger mais l’heure est grave. Nous sommes à Genève, neuvième au classement des villes en matière de qualité de vie selon Mercer, « le plus grand cabinet de conseil en ressources humaines au monde ». Demain, 5000 personnes en masque viendront chercher leur qualité de vie dans des sacs donnés.

Date

May 22, 2020

Subject

future
work

Sprache

fr
Vorheriger Eintrag Nächster Eintrag